Francis Azevedo



     Né en 1987 au nord-est brésilien, j’ai passé mon enfance jusqu’à l’âge de 15 ans dans le Sertão de l’état de Bahia. En 2007 j’ai commencé mes études universitaires à l’Université Fédérale de Pernambouc en sciences sociales et à partir du deuxième semestre j’ai intégré un groupe de recherche dédié au monde du travail.
     
      En 2011 j’ai quitté le pays pour faire un échange de deux semestres dans les universités Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et Mirail II à Toulouse, l’envie naturelle de rester en France a prolongé mon «exil». En 2013 j’ai commencé un Master 1 de philosophie à la Sorbonne. Pour pouvoir « aérer l’esprit » et profiter plus de mon temps libre, j’ai commencé à m’investir dans la photographie de façon autodidacte.

      Amateur de la street photographie et du noir et blanc, j’ai commencé à parcourir quotidiennement, dès les premiers mois de 2015, les rues de Paris pendant la journée. Je passais la nuit à éditer les photos. C’est seulement à la fin de la même année que j’ai commencé à me diriger vers la professionnalisation, mais je partageais uniquement mes photos aux plus proches et sur des réseaux sociaux dédiés à la photo de rue. Comme exercice je couvrais bénévolement des évènements culturels réalisés par des associations comme Autres Brésils et le CIDELP.

      En 2016, la France commence à s’embraser dans une crise politique qui s’est accentuée avec la Loi Travail. Malgré la distance du monde universitaire, je gardais toujours la curiosité de l’étudiant en sciences sociales, et pour cela en mars de la même année j’ai commencé à suivre comme photographe les manifestations autour de la Loi Travail et le mouvement Nuit Debout à Paris. En étant l’un des premiers photographes à arriver le 31 mars (jour de naissance de Nuit Debout) à la place de la République, j’ai pu tisser des liens de confiance avec les participants du mouvement. Dès le lendemain mes photos ont commencé à tourner en France et d’autres pays comme l’Italie, la Grèce, l’Allemagne et le Brésil sur des plateformes de médias indépendants. Après une année de reportage j’ai publié un livre intitulé « Nuit Debout : Lumières d’une longue nuit de mars » contenant une centaine de photographies du mouvement.  

Photographe membre du Studio Hans Lucas





 

Top